Paris : Bouchra Rajidy-Bayad

Al-oud, cet instrument à cordes qui n’est pas à confondre avec le luth, des cordes parallèles et pincées qui suintent des effluves orientales et qui donnent à la matière du bois toute sa noblesse. Chaque note jouée est une invitation au voyage, aux voyages dans les sables chauds de l’Arabie, dans les sérails turques, dans les dunes d’Azerbaïdjan ou les théâtres grecs.

Des notes qui se défient et qui parfois défient les règles du solfège tout en nous menant droitement vers des contrées intimes où on entame la conversation privée avec nous-mêmes et nos secrets. Notre respiration devient alors tributaire des gammes jouées mais aussi du doigté et de l’adresse de l’instrumentiste dont la transe a devancé la notre.

Un virtuose ambidextre qui manie les caresses des cordes et les petits voyages d’une corde à une autre et qui nous jette dans le vertige d’un tourbillon musical…. et notre âme qui tournoie au gré des caprices des notes…..

Bonjour les artistes ….. bonjour ma belle serrure …. ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *