Rabat – Hicham CHouach (la map+le12)

Une délégation de haut niveau composée d’ambassadeurs et de représentants d’organismes internationaux s’est informée, mercredi à Rabat, sur les projets de recherche menés dans les laboratoires de la Fondation MAScIR, relevant de l’Université Mohammed VI polytechnique de Benguerir.

En partenariat avec le Système des Nations unies pour le développement (SNUD), le bureau de la coordinatrice résidente de l’ONU au Maroc et l’Ambassade de Suisse, la Fondation MAScIR a accueilli cette délégation composée des ambassadeurs de Suisse, du Canada, d’Égypte, du Japon et du Mexique, et de la Coordinatrice résidente de l’ONU à Rabat, et de représentants de l’ONUDI, de l’ISESCO, du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST), du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et de l’entreprise Green Watech.

A cette occasion, la directrice générale de la Fondation Nawal Chraibi a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que cette visite s’inscrit dans le cadre de la Semaine interrégionale sur les technologies émergentes au service du développement dans la région des Etats Arabes et la région Afrique, organisée du 13 au 18 décembre 2020 par l’Union internationale des télécommunications (ITU).

La Fondation MAScIR est un centre de R&D pluridisciplinaire qui relève de l’Université Mohammed VI polytechnique de Benguerir, a rappelé Mme Chraibi, notant qu’il s’agit d’une institution créée en 2007 avec comme mission de promouvoir la recherche et développement (R&D) appliquée et applicable, répondant aux besoins des opérateurs économiques et du tissu industriel, qu’ils soient marocains ou étrangers.

La coordonnatrice résidente de l’ONU Sylvia Lopez-Ekra a indiqué, dans une déclaration similaire, que cette visite de haut rang à la MAScir, suivie d’un déjeuner-discussion sur le thème des nouvelles technologies émergentes au service des Objectifs de développement durable (ODD), fait partie des activités initiées dans le cadre de la Première semaine interrégionale Afrique et monde arabe sur la contribution des nouvelles technologies émergentes dans la réalisation des ODD.

Cette année, l’accent est mis sur quatre ODD, à savoir la santé, l’industrie, l’alimentation et la croissance économique, a poursuivi Mme Lopez-Ekra, soulignant que la connexion des nouvelles technologies à l’entrepreneuriat peut créer des opportunités d’emploi en faveur des jeunes et des femmes.

Évoquant l’objectif de la visite, la coordinatrice a précisé qu’elle ambitionne de connecter les décideurs et les acteurs de développement avec les chercheurs, sachant que le Maroc est un pays qui a fait le pari de l’innovation et de l’investissement dans les sciences et les technologies avec un leadership sur le continent africain.

L’ambassadeur de la Suisse Guillaume Scheurer a fait observer que la visite a pour objectif de mettre en valeur les nouvelles capacités du Maroc en matière notamment de valorisation industrielle de l’innovation. Se disant très impressionné par les projets menés par MAScir, le diplomate a fait part de son ambition de consolider la coopération entre les chercheurs marocains et suisses.

Au cours de cette visite, la délégation a pu découvrir la plateforme technologique de la fondation, étendue sur 1750 m², et prendre connaissance des différents projets de recherche initiés dans ses laboratoires, ainsi que des innovations et réalisations à l’actif du centre, tout en s’informant sur la perspective d’établir avec MAScIR de futures collaborations dans divers domaines.

Parmi les projets présentés à la délégation figurent ceux basés sur l’intelligence artificielle, comme le développement de solutions à base de traitement d’images, conçues pour la gestion du trafic routier ou pour l’estimation de la production des parcelles agricoles, ou encore les dispositifs portables tels les analyseurs d’huile d’olive et de sol.

La délégation a pu également s’informer sur les étapes qui ont permis à MAScIR de développer, dans des délais très courts, des solutions 100% marocaines pour le diagnostic de la Covid-19, notamment un dispositif basé sur la technologie de spectroscopie proche infrarouge ainsi qu’un kit PCR dont la commercialisation est actuellement en cours après sa certification par le ministère de la Santé.

 

L’objectif de la semaine interrégionale de l’ITU est de promouvoir le déploiement à grande échelle des technologies émergentes, notamment l’intelligence artificielle, l’Internet of Things (IoT), le Big Data, les satellites en orbite basse et la 5G, pour contribuer à la réalisation des ODD.

Au Maroc, le SNUD est représenté par 18 Fonds, Agences, Programmes et Entités. Il appuie le gouvernement dans sa quête permanente en faveur d’un développement économique et social durable, centré sur la personne humaine et préservant les générations présentes et futures.

A ce jour, MAScIR a pu déposer près de 180 brevets avec des extensions au niveau régional africain, produire quelque 650 articles scientifiques dans des revues de renommée internationale et mener plus d’une centaine de projets et réalisations auprès d’industriels nationaux et étrangers, montrant ainsi sa maturité et ses capacités en matière de recherche scientifique et de recherche appliquée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *