Le12.ma

Un groupe d’observateurs militaires de treize pays ont assisté, mardi au Cap Draâ (nord de Tan-Tan), à des activités opérationnelles de l’exercice combiné maroco-américain “African Lion 2021”.

Le colonel Hassan Idouch, responsable de l’exercice au Cap Draâ, a indiqué que la présence de ces observateurs militaires confirme la dimension internationale de l’exercice combiné African Lion 2021.

Dans une déclaration à la MAP, il a rappelé que cet exercice se tient, jusqu’au 18 juin, sur hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, Chef Suprême et Chef d’État-major Général des Forces Armées Royales (FAR), et implique, dans la région du Cap Draâ, plusieurs unités des FAR en plus d’autres unités militaires des Etats-Unis et du Sénégal.

Cet exercice a pour objectifs de renforcer les capacités manœuvrières des unités participantes, consolider l’interopérabilité en matière de planification et de conduite d’opérations interarmées et entraîner la composante aérienne à la conduite des opérations de chasse, d’appui et de ravitaillement en vol, a-t-il expliqué.

A cette occasion, l’attaché militaire près l’ambassade américaine à Rabat a remis au colonel Hassan Idouch, au nom des militaires marocains au Cap Draâ, la médaille de la reconnaissance de la parfaite coordination et du professionnalisme dont ont fait montre les éléments des FAR pour le bon déroulement de cet exercice.

Dans le cadre de l’African Lion 21, un exercice de synthèse s’est déroulé mardi au port maritime militaire d’Agadir, en vue d’évaluer la réactivité de l’Unité de Secours et Sauvetage des Forces Armées Royales (USS-FAR) pour faire face à une situation de crise présentant des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC).

Le 17ème exercice combiné maroco-américain se tient dans les régions d’Agadir, Tifnit, Tan-Tan, Mehbes, Tafraout, Ben Guérir et Kenitra, impliquant de milliers de miliaires multinationaux et un nombre très important de matériel terrestre, aérien et maritime.

En plus des États-Unis d’Amérique et du Royaume du Maroc, cet exercice connaît la participation de la Grande Bretagne, du Brésil, du Canada, de la Tunisie, du Sénégal, des Pays-Bas, d’Italie ainsi que de l’Alliance Atlantique, en plus d’observateurs militaires d’une trentaine de pays représentant l’Afrique, l’Europe et l’Amérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *